COMPAGNIE DK-BEL

PRESSE

France 3, 3000 and some
" Le travail chorégraphique cherche à retransmettre les émotions et le vécu de ceux qui réussissent leurs traversées sans oublier ceux qui n’ont pas eu cette chance. Véritable acte militant, cette pièce a pour vocation de favoriser une relation humaine, accueillante et généreuse.."
Télévision Portugaise, Festival Anamesa
 
Le Petit Journal, Lauréate Trophée des Français de l’étranger
" La tête et les mains débordantes de projets, voilà le quotidien de Sophie. Qui a dit que la danse et le handicap était incompatible ? Pas elle en tout cas. Arrivée en Grèce en 2010, cette chorégraphe monte la pièce Anamesa mas, "entre nous’" en grec, composée de 17 danseurs, dont 5 en situation de handicap lourd.  D’année en année, le projet se développe au point de devenir un festival international reconnu. Toujours à repousser ses limites, Sophie a également co-monté le premier spectacle chorégraphique sous-marin au monde"
Courrier International, Portrait Sophie Bulbulyan
" Rendre visibles ceux que l’on ne voit pas. C’est le but que s’est fixé Sophie Bulbulyan en créant sa compagnie de danse. Cette expatriée est aujourd’hui récompensée pour ses spectacles militants et humanistes."
France 24, Portrait Sophie Bulbulyan
 
 
Le Petit Journal,  Sophie Bulbulyan Chorégraphe
" Sophie Bulbulyan est animée par la conviction profonde que des activités artistiques ou sportives peuvent avoir un impact sur la société en permettant à leurs acteurs de se sentir humains. C’est sans doute dans cette certitude qu’elle trouve la force de monter des projets fous, mêlant des danseurs valides et d’autres atteints de handicap lourd, de différentes nationalités, sur les scènes d’Europe où sous la mer."
 
Le Mouv, Debout
" Quand on tape « Villiers le Bel » dans Google, c’est une photo qui s’affiche. Ca se passe dans la rue, c’est la nuit, là aussi il y a la lumière d’un réverbère, mais ce qu’il éclaire, ce n’est pas un cœur, c’est une voiture brûlée. Une voiture de police, même, complètement calcinée, et sévèrement emboutie. A côté, derrière un cordon de sécurité, il y a deux jeunes individus en jogging, la capuche vissée sur la tête. Vu de Paris, l’image de Villiers le Bel, c’est ça. Parce que si cette ville du Val d’Oise bénéficie d’un peu de notoriété, c’est à cause des émeutes qui y ont eu lieu, en 2007 notamment. Pourtant, il s'y passe d'autres choses. Et même, des choses qui collent des frissons.La compagnie de danse Dk-Bel fait danser des ados (a priori ingrats) et des handicapés moteur (a priori pas très mobiles). Et c'est beau. Très, très beau."
 
 
Télévision nationale grecque NET, Anamesa Mas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le Parisien, Debout

"Un spectacle mêlant théâtre et danse, avec la compagnie DK-BEL [...] ,aux côtés de quatre artistes professionnels, des amateurs de la compagnie Acta, les comédiens occasionnels de Villiers-le-Bel veulent « montrer des habitants qui cohabitent et ont des valeurs ». « On peut être de Villiers-le-Bel et être fier, garder la tête haute.» "

 

Télérama, Zapapatamo

"Chacun arrive là avec son histoire, sa relation au corps et ses références esthétiques (le hip-hop ou la breakdance ont laissé des traces), mais c’est bien la danse contemporaine qu’ils pratiquent avec une réelle ambition artistique."

 

Canards Boiteux, Comme Unique

"Bon, ça dépasse l'entendement la beauté du truc que la compagnie DK-BEL a proposé."

 

Patrimoine en Val de France, La Compagnie DK-BEL,Sept 2009

"Le public,conquis,hésite entre émotion et admiration. Le spectacle inspire d'autant plus le respect qu'il est né à Villiers-le-Bel, dans cette banlieue dont les médias montrent rarement des jeunes engagés dans une belle entreprise de solidarité. . . Dk-Bel en tire une belle notoriété"

 

Transition, par Hélène Merlin-Kajman, La Compagnie DK-BEL

"Le spectacle des DK-BEL et des Yamas est une proposition – une exposition : car il nous expose à une transfiguration qui blesse l’espoir de réparation imaginaire de notre imperfection que nous demandons souvent à la beauté. [...] Mais ici, la ferveur des danseurs chasse tout sentiment burlesque. Il y a de la joie – de la stupeur joyeuse – et en ce sens nouveau, réconfort et réparation imaginaire, sans avoir besoin de passer par l’expulsion."

 

L'Express, La Compagnie DK-BEL

"A chaque festival, la petite troupe enchaîne les standing ovations."Ces jeunes handicapés et ces ados des cités sont plus proches qu'il n'y paraît, raconte Corinne. Tous sont animés par la même rébellion, qu'ils soient dans un quartier difficile ou dans un fauteuil." Une expérience dont chaque participant est ressorti transformé. "Pour la première fois, les danseurs handicapés ont été mélangés à des jeunes valides, ce qui les a replacés dans des problématiques d'ados comme les autres", souligne Corinne. "Au début, nous avions les larmes aux yeux, presque de la pitié, ajoute Sophie. Aujourd'hui, ce ne sont plus des handicapés qui dansent avec des valides. Dans nos têtes, la différence s'est effacée." 

 

Théâtre du Blog, Debout

"Acta et DK-BEL ont respectivement mis en scène et chorégraphié les quarante artistes amateurs et professionnels qui ont fait vibrer le plateau de leur élan, de leur panache,  accompagnés par un remarquable travail de réglages d’entrées et sorties, des plus complexes dans un tel dispositif. 

 

Reportage LCI,Debout

"Dans nos quartiers : La culture pour reprendre confiance"

 

 

                                                         

 

 

COMPAGNIE DK-BEL 

10 Impasse les Coutances, 95400 VILLIERS-LE-BEL, FRANCE

dk-bel@orange.fr  Infos : 0033 6 23 91 05 93

© 2019 By DK-BEL Company.All rights Reserved.